Beta
rating space
note
rating space
0.0 / 5   (0 note)
Mon 05-01-2017, 20:24:59

La pédophilie dans le Coran :

 

 

 

 

Sourate 65:4 “La période d’attente pour celles de vos femmes qui ont atteint l’âge de la ménopause sera de trois mois, pour plus de sûreté. Il en est de même pour celles qui n’ont pas encore atteint l’âge de la puberté. Quant à celles qui sont enceintes, la période de viduité prendra fin pour elles avec leur accouchement. Quiconque craint Dieu trouvera une grande facilité dans ce qu’il entreprend.”

 


Voilà ce que disent les "érudits" et "savants" musulmans sur ce verset 65:4 :

"La mention faite de la période d'attente pour les filles qui n'ont pas encore eu leurs règles prouve clairement qu'il n'est pas seulement permis de donner la fille en mariage à cet âge mais qu'il est également permis au mari de consommer le mariage avec elle. Il est alors évident qu'aucun musulman n'a le droit d'interdire quelque chose que le Coran a tenue comme permise."
Sayyed Abul Ala Maududi, Tafhim al-Qur'an (Compréhension du Coran)

"Il en va de même pour les jeunes, qui n'ont pas atteint les années des premières menstrues. Leur `idda (période d'attente) est de trois mois, comme pour celles qui sont en ménopause."
Tafsir Ibn Kathir

"Celles qui ne sont pas encore dotées de menstrues, à cause de leur jeune âge, le période sera [également] de trois mois"
Tafsir al-Jalalayn

"Ô Messager d'Allah! "Qu'en est-il de la période d'attente de celles qui n'ont pas eu leurs menstruations car elles sont trop jeunes?” (Rentrant dans la catégorie de celles qui n'en ont pas) à cause de leur jeune âge, leur période d'attente est de trois mois."
Tafsir Ibn Abbas

"Donner son enfant en mariage (est permis) par la vertu de la Déclaration d'Allah: ‘Et pour celles qui n'ont pas leurs cours régulier’ (c'est-à-dire qu'elles sont encore immatures) (sourate 65:4). Et la ‘iddat [période d'attente pour une femme avant d'avoir des relations sexuelles licites] de la fille avant sa puberté est de trois mois"
Bukhari (Chapitre 39)

"Raconté par Sahl bin Sad: Alors que nous étions assis en compagnie du Prophète une femme vint à lui et se présenta (pour se marier) à lui. Le Prophète la regarda, baissant et relevant les yeux, mais ne répondit pas. Un de ses compagnons dit, "Offre la moi en mariage Ô Apôtre d'Allah!" Le Prophète (lui) demanda, "–As-tu quelque chose?. Il répondit: –Je n'ai rien." Le prophète dit: "Même pas une bague en fer?" Il dit: "Même pas une bague de fer, mais je vais déchirer mon vêtement en deux moitié et lui en donner une, garder l'autre moitié." Le Prophète dit: "Non. Connais-tu quelque peu de Coran (par cœur)?" Il dit: "Oui." Le Prophète dit: "Va, je suis d'accord de te marier à elle avec ce que tu connais de Coran (comme un Mahr-une dot)." 'Et pour celles qui n'ont pas leurs cours régulier (c'est-à-dire qu'elles sont encore immatures). (65.4) Et la 'iddat d'une fille avant la puberté est de trois mois."
Sahih Bukhari 7:62:63

“Malik a dit: Le deuil d'une jeune fille qui n'est pas encore dotée de menstrues prend la même forme que celui d'une [fille] qui a déjà eu ses règles. Elle évite ce qu'une femme mature évite si son époux décède.”
Al-Muwatta 29:108

 

 

 

Sourate 64 :14 « Ô vous qui avez cru, vous avez de vos épouses et de vos enfants un ennemi [une tentation]. Prenez-y garde donc. Mais si vous [les] excusez, passez sur [leurs] fautes et [leur] pardonnez, sachez qu’Allah est Pardonneur, Très Miséricordieux. »

 

 

 

Sourate 64:15 « Vos biens et vos enfants ne sont qu’une tentation, alors qu’auprès d’Allah est une énorme récompense. »

 

 

D'après 'Amr Ibn Chou'ayb, d'après son père, d'après son grand-père (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) dit: « Ordonnez la prière à vos enfants lorsqu'ils ont 7 ans et frappez les pour elle à 10 ans et séparez les dans les lits ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°495 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

 

 

 

 

 

 

La pédophilie dans la Sunna (hadiths) et la Sira (biographie du prophète) - Le mariage de Mohammed avec une fillette de 6 ans et la consommation du mariage à 9 ans :

 

 

 

 

Avant tout, rappelons que le prophète Mohammed constitue pour tous les musulmans un modèle à suivre. Et en particulier pour les musulmans sunnites qui constituent 85% des musulmans dans le monde, et qui sont censés prendre pour référence les hadiths (les actes et les paroles rapportées du prophète).

 

 

 

Sourate 33:21 “Vous avez, dans le Prophète de Dieu, un si bel exemple pour celui qui espère en Dieu et au Jugement dernier, et qui évoque souvent le Nom du Seigneur.”

 

 

 

“Aïcha a rapporté: que le Prophète a écrit le contrat de mariage avec qu'elle quand elle avait six ans et qu'il consomma son mariage quand elle avait de neuf ans, puis elle est restée avec lui pendant neuf ans (c'est à dire jusqu'à sa mort).” Sahih Bukhari Volume 7, hadith 5133

 

 

 

“Aïcha a rapporté: que le Prophète a écrit le contrat de mariage avec qu'elle quand elle avait six ans et qu'il consomma son mariage quand elle avait de neuf ans, puis elle est restée avec lui pendant neuf ans. klisham dit: «J'ai été informé qu'Aïcha a demeuré avec le Prophète pendant neuf ans (c'est à dire jusqu'à sa la mort). " Sahih Bukhari Volume 7, hadith 5134

 

 

 

“Urwa a rapporté: Le Prophète a écrit le contrat de mariage avec Aïcha quand elle avait six ans et qu'il consomma son mariage quand elle avait de neuf ans, puis elle est restée avec lui pendant neuf ans. (c'est à dire jusqu'à sa la mort)” Sahih Bukhari Volume 7, hadith 5158

 

 

 

“Ursa a rapporté: Le prophète demanda à Abu Bakr la main d' 'Aisha en mariage. Abu Bakr dit "Mais je suis ton frère." Le Prophète a dit, "Tu es mon frère dans la religion d'Allah' et de son livre, mais elle ( Aïcha ) est licite pour moi en temps que (femme) à marier."” Sahih Bukhari Volume 7, hadith 5181

 

 

 

“Aïcha a rapporté: Le Messager d'Allah m'a dit, "Tu m'as été présentée deux fois dans (mes) rêves. avant que je ne te marie. J'ai vu un ange te porter dans une étoffe de soie, et je lui ai dit, 'Découvre (la),' et alors, c'était toi. Je (me) suis dit, "Si ce rêve provient d'Allah, alors cela doit devenir réalité".” Sahih Bukhari Volume 7, hadith 5078

 

 

 

“Le père d'Hisham a rapporté : Khadija est morte trois ans avant que le Prophète ne parte pour Médine. Il est resté là à peu près deux ans, et ensuite il a épousé Aïcha quand elle était une petite fille de six ans, et il a consommé ce mariage quand elle avait neuf ans.” Sahih Bukhari Volume 5, hadith 3896

 

 

 

“Aïcha a rapporté: Le prophète s'est fiancé (contrat de mariage) avec moi quand j'étais une fillette de (six ans). Nous sommes allés à Médine pour résider dans la maison de Bani-al-Harith bin Khazraj. (Ensuite je fus malade et mes cheveux sont tombés. Plus tard mes cheveux ont (re)poussé et ma mère, Um Ruman, vînt vers moi quand je jouais à la balançoire avec mes amies. Elle m'appela, et je m'approchai, ne sachant pas ce qu'elle me voulait. Elle m'attrapa et me fit asseoir à la porte de la maison. J'étais essoufflée alors, et quand j'ai retrouvé mon souffle, elle prit de l'eau et m'en frotta le visage et la tête. Puis elle m'emmena dans la maison. Là dans la maison, Je vis des femmes Ansari qui m'ont dit, "Meilleurs voeux et la Bénédiction d'Allah et bonne chance." Puis elle me confia à ces femmes et elles me préparèrent (pour le mariage). De façon inattendue l'Apôtre d'Allah vint vers moi un peu avant la mi-journée et ma mère m'amena à lui, et à l'époque je étais une fille de neuf ans. “

 

 

 

Sahih Bukhari Volume 5, hadith 3894 “Aïcha a dit : "J'avais six ans lorsque le Prophète m'épousa et neuf ans lorsqu'il eut effectivement des relations conjugales avec moi. Quand nous nous rendîmes à Médine, j'avais eu de la fièvre un mois durant et mes cheveux avaient poussé jusqu'à mes épaules. Ma mère, 'Umm Rûmân, vint me trouver alors que j'étais sur une balançoire, entourée de mes camarades. Quand elle m'eut appelé, je me rendis auprès d'elle sans savoir ce qu'elle voulait de moi. Elle me prit par la main, me fit rester à la porte de la maison jusqu'à ce que j'eusse pris mon souffle. Elle me fit ensuite entrer dans une maison où se trouvaient des femmes des 'Ansâr qui me dirent : "A toi le bien, la bénédiction et la meilleure fortune!". Ma mère m'ayant livrée à ces femmes, celles-ci me lavèrent la tête; et se mirent à me parer. Or, rien ne m'effraya et quand l'Envoyé de Dieu vint dans la matinée; elles me remirent à lui".“ Sahih Muslim, hadith 2547

 

 

 

“Aïcha a rapporté : Quand le Prophète m'a épousée, ma mère vint vers moi et me fit entrer dans la maison (du Prophète) et rien ne me surprit autant que la venue du Messager d'Allah vers moi un peu avant la mi-journée.” Sahih Bukhari Volume 7, hadith 5160

 

 

 

“Aïcha a rapporté : J'avais l'habitude de jouer avec les poupées en présence du prophète, et mes amies filles jouaient aussi avec moi. Quand l'Apôtre d'Allah entrait (l'endroit ou je vivais) elles avaient l'habitude de se cacher, mais le Prophète les appelait pour qu'elles se joignent et jouent avec moi. (l'imam Bukhari explique que "Le jeu avec des poupées et des représentations similaires est interdit, mais il était autorisé pour Aïcha à ce moment, parce qu'elle n'était qu'une petite fille, n'ayant pas encore atteint l'âge de la puberté).” Sahih Bukhari Volume 8, hadith 6130

 

 

 

“Aisha a rapporté que l'Apôtre d'Allah l'a épousée quand elle était âgée de six ans, et qu'elle a été amenée dans sa maison comme épouse quand elle avait neuf ans, et ses poupées étaient avec elles, et quand lui (le Saint Prophète) mourut elle avait dix huit ans.” Sahih Muslim Livre 008, Numéro 3311

 


Voici ce que l’ayatollah Khomeini, qui fut l’autorité suprême des chiites (en Iran à partir de 1979) développe dans ses ouvrages.

 


“On empêche un jeune garçon ou une jeune fille en pleine effervescence sexuelle de se marier avant sa majorité légale. C'est aller à l'encontre des lois divines. Pourquoi empêcher le mariage des filles et des garçons pubères sous prétexte qu'ils ne sont pas encore majeurs, alors qu'on leur permet d'écouter la radio et de la musique excitante ?”

“Le père ou l'aïeul paternel a le droit de marier son enfant impubère ou fou en le représentant. Cet enfant ne peut pas annuler le mariage une fois devenu pubère ou après avoir recouvré la raison, sauf si ce mariage lui porte un tort manifeste.”

“Si un homme qui a épousé une fille impubère la possède avant ses neuf ans révolus et provoque chez elle des traumatismes, il n'a pas le droit de répéter l'acte avec celle-ci.”

“Il est hautement recommandé de se hâter de marier sa fille pubère. Un des bonheurs de l'homme consiste à ce que sa fille n'ait pas ses premières règles dans la maison paternelle, mais dans celle de son mari.”
Le petit livre vert

“Il n’est pas permis de chevaucher l’épouse avant la fin de ses 9 ans, que la fornication soit complète ou interrompue, alors que toutes les autres jouissances comme l’attouchement avec désir, l’entrelacement, la jouissance entre les cuisses, toutes sont bonnes, même avec une enfant en âge de téter.”
Tahrir al-wasila vol. 2 ; p. 221

rating space
note
rating space
0.0 / 5   (0 note)
Mon 05-01-2017, 20:08:17

La taqiya ou l’art de la duperie

 

 

« Un Occidental averti en vaut deux … »

 

Idéalement, le monde humain devrait être un monde de parole et de confiance, un monde où l’on puisse s’appuyer sur une parole donnée.

Malheureusement, l’histoire nous apprend que tout être humain ou toute idéologie n’est pas à la hauteur de cet idéal.

À titre d’exemple, Adolf Hitler parlait de paix alors qu’il se préparait à la guerre.

 

Mensonge

 

L’humanité a payé un fort prix pour avoir refusé de prendre au sérieux le « Mein Kampf » d’Adolf Hitler, ainsi que les nombreux gestes (avant même la Deuxième Guerre mondiale) qu’Hitler posa, qui indiquaient que l’idéologie nazie était beaucoup plus que des mots sans réelle portée.

Or étonnamment, les hadiths (paroles et actions attribuées à Mahomet) rapportent que le prophète désigné de l’islam savait également faire preuve de tromperie pour arriver à ses fins.

De ce « modèle » proposé par le coran est née la doctrine de la taqiya, où la tromperie est justifiée dans le but de faire avancer l’islam.

 

L’usage plus que discutable de la parole chez Mahomet

 

Cité en « exemple » par plusieurs juristes et dirigeants musulmans, Mahomet utilisa le mensonge afin d’arriver à ses fins :

  • Selon la tradition musulmane, Mahomet appela au meurtre un Juif du nom de Kab bin Arshaf car ce dernier se moquait de lui, contestant sa qualité de prophète.
    Or, un dénommé Muhammad bin Maslama répondit à l’appel de Mahomet afin d’exaucer sa volonté. Muhammad bin Maslama demanda à Mahomet s’il était permis de mentir à Kab bin Arshaf afin de lui tendre un piège. Mahomet donna son accord. De plus, Mahomet félicita bin Maslama quand ce dernier lui apporta la tête de Kab bin Arshaf.

    Visage à deux faces
  • Pour Mahomet, tromperie et djihad (guerre « sainte » selon l’islam) allaient de pair, soit pour se défendre, soit pour attaquer : le prophète désigné de l’islam étant notamment un guerrier.
    Entre 600 et 900 hommes membres de la tribu Banu Qurayza furent décapités dans le marché de Médine. Toute femme et tout enfant prépubère de cette tribu juive furent réduits à l’état d’esclave. La tradition rapporte que Mahomet prit pour femme une membre de cette tribu.
  • Yasser Arafat cita souvent les tactiques et stratégies de Mahomet afin de justifier son comportement. On apprit que Yasser Arafat coordonnait des actes de terrorisme alors qu’il parlait de paix.

Alors que l’Occident valorise la transparence, la doctrine de la taqiya justifie la tromperie

 

Dans la foulée de Mahomet, le « prophète » désigné de l’islam, la taqiya est une doctrine qui autorise tout musulman à faire usage de tromperie afin de se défendre ou afin de répandre l’islam.

 

La taqiya selon des penseurs musulmans

 

Les Occidentaux ont du mal à admettre qu’une telle doctrine puisse exister. Et pourtant, les autorités dans l’islam sont nombreuses à en faire la promotion :

  • Selon Abu Hamid Ghazali, « Il est permis de mentir si le but à atteindre est louable ». (Ahmad ibn Naqib al-Misri, The Reliance of the Traveller : A Classic Manual of Islamic Sacred Law, trans. Nuh Ha Mim Keller (Beltsville, MD: Amana, 1997), sec. 8.2, p. 745)
  • Selon Kdmus al-shanca, la « taqiya est voile pour le croyant, et celui qui n’a pas de taqiya n’a pas de religion. » (Encyclopedia of Islam, 1st ed, s.v. “Taqiya” (Djumayyil, Kdmus al-shanca, pp. xiii, 127-28)).
  • Al-Tabari (d. 923), exégète renommé du coran qui fait figure d’autorité dans le monde musulman, écrit à propos du coran 3,28 : « Si vous (les musulmans) êtes sous leur autorité (celle des infidèles (ou non-musulmans)), craignant pour vous-mêmes, comportez-vous loyalement, avec votre parole, à leur égard, alors que vous entretenez intérieurement de l’animosité à leur égard ».
  • Une autre autorité dans l’islam, Ibn Kathir (1373), toujours à propos de la sourate 3,28 du coran, invite le musulman à faire preuve de duplicité à l’égard du non-musulman s’il est dans une situation où il doit se protéger : « Sachez sourire à ces personnes (les non-musulmans) alors que votre cœur les maudit. »

La taqiya selon des spécialistes non-musulmans de l’islam

 

De plus en plus de non-musulmans s’intéressent à l’islam, non pas parce qu’ils trouvent cela particulièrement intéressant, mais afin de faire la lumière sur cette idéologie :

  • Un spécialiste de l’islam Raymond Ibrahim l’affirme : « La taqiya est en réalité une volonté de tromperie du musulman à l’égard du non-musulman. »
  • Robert Spencer explique dans son livre « The Complete Infidel’s Guide To The Koran » qu’il existe une morale utilitaire dans la théologie islamique qui considère que « tout ce qui est dans l’intérêt des musulmans et de l’islam est bon, et tout ce qui cause du tort à l’islam et aux musulmans est mauvais. » Voilà pourquoi, il est permis et même conseillé de mentir pour répandre l’islam.
  • Dans son excellent ouvrage intitulé « Battle for our minds », Michael Widlanski affirme que faire usage de supercherie afin de faire du tort à un ennemi est mentionné dans le coran et les hadiths (les traditions orales à propos de Mahomet). Dans son mode offensif, la taqiya consiste à « mentir pour la cause d’Allah ».

Un Occidental averti en vaut deux …

 

Quatre mots arabes pourraient amener le monde entier à être soumis à l’islam. L’Occident ne peut se payer le luxe de méconnaître leur signification et leur implication.

Ces mots sont : taqiya (déjà mentionné), tawriya, kitman et muruna.

Chacun de ces mots décrit un style différent de duperie utilisée par des musulmans, et ce, dans la foulée d’une parole attribuée à Mahomet : « La guerre est tromperie » (Bukhari, Vol. 4, Livre 52, No. 268).

Le coran affirme que « la ruse appartient à Allah, en totalité » (Sourate 13,42) et qu’Allah « est le plus habile à fomenter un complot » (Sourate 8,30).

Bref… Allah complote, Mahomet complote… il n’est donc pas étonnant que des musulmans inspirés par ces « modèles », complotent à leur tour, et ce, en toute bonne conscience.

De fait, pour certains, la tromperie est devenue une forme d’art et une seconde nature.

Si l’Occident entend combattre efficacement l’agenda des islamistes, il est impératif d’être averti que cet « art du mensonge » existe bel et bien dans l’islam.

Un Occidental averti en vaut deux …

 

Taqiya (la suite…)

Plus précisément, la taqiya est une forme de dissimulation de l’identité du musulman; une dissimilation au service d’une « autodéfense »; une forme de mensonge afin de protéger soit l’islam, soit le musulman.

  • Selon la loi islamique, « Il est admis de mentir si le but poursuivi est admissible. Mentir est obligatoire si l’objectif à atteindre est obligatoire » (Umdat al-Salik, « La dépendance du voyageur », Para r8.2).
  • Selon la sourate 3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux ».

Tawriya

Tawriya signifie « dissimulation » et pourrait être défini comme étant l’« inventivité dans l’art du mensonge ».

Selon cette doctrine, il est licite de rompre l’intention d’un serment dans la mesure que n’est pas rompue la lettre du serment (« La dépendance du voyageur », sections o19.1 et o19.5).

Qu’est-ce à dire ?

Exemple no 1 :

Imaginons qu’un musulman nie que le dernier verset de la première sourate du coran rabaisse les juifs et les chrétiens pour la raison que c’est une supplication que les musulmans font 17 fois par jour afin de les garder à l’abri de la voie des « égarés qui encourent la colère d’Allah » …

Ce musulman pourrait répondre que la première sourate ne mentionne pas les juifs ou les chrétiens. Ce musulman pratiquerait la tawriya, parce que bien que le dernier verset ne mentionne pas explicitement les juifs et les chrétiens, ce musulman sait très bien que le terme « égaré » se réfère à eux.

Exemple no 2 :

Le souhait « Je te souhaite le meilleur » venant de la part d’un musulman à l’intention d’un non-musulman, en réponse à un « Joyeux Noël » ou à un « Joyeuses Fêtes » par exemple, veut dire dans l’esprit de plusieurs musulmans : « Je te souhaite que tu te convertisses à l’islam. »

 

Kitman

Un musulman exerce le kitman quand il ne dit qu’une partie de la vérité, ce qui a pour effet, très souvent, de déformer entièrement la vérité.

Exemple no 1 :

L’exemple le plus commun consiste à ce qu’un musulman affirme que le terme djihad réfère principalement ou uniquement à une lutte interne, à un combat spirituel contre le mal.

Or, le coran fait usage du terme djihad et de ses dérivés environ 59 fois. Et sur ces 59 fois, 16 mentions pourraient possiblement faire référence à une lutte interne alors que la majorité des autres mentions font référence à une « guerre sainte », et ce, dans la foulée de ce que le « prophète guerrier » (Mahomet) a exercé selon les hadiths et la sira.

Exemple no 2 :

Une autre forme très commune de kitman est de citer uniquement les passages pacifiques du coran, sachant bien que ces passages furent abrogés par des versets belliqueux :

  • « Nulle contrainte en religion ! » (Sourate 2 :256) (sourate plus ancienne)
    fut abrogée par
    « Désirent-ils une autre religion que celle d’Allah, alors que se soumet à Lui, bon gré, mal gré, tout ce qui existe dans les cieux et sur terre, et que c’est vers Lui qu’ils seront ramenés? » (Sourate 3,83) (sourate plus récente)
  • « Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) – parce que vraiment ils sont lésés; et Allah est certes capable de les secourir » (Sourate 22,39) (sourate plus ancienne)
    fut abrogée par
    « Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » (Sourate 9,5) (sourate plus récente)

Muruna

Muruna signifie « faire usage de flexibilité » afin de se mêler à l’ennemi et à son entourage. C’est l’arme suprême pour l’infiltration.

La justification de ce type de tromperie est la sourate 2,106 : « Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent? »

Un musulman peut ne pas respecter certains commandements du coran dans la mesure où il se livre à la poursuite d’un « meilleur commandement ».

De fait, les musulmans qui travaillent à l’avancement de l’islam peuvent ainsi s’écarter temporairement des lois islamiques pour ne pas effrayer le non-musulman, pour l’amadouer et gagner sa sympathie afin de le convertir à l’islam ou encore afin d’infiltrer diverses institutions où les non-musulmans sont majoritaires.

Voici quelques exemples de la pratique de la muruna par un musulman afin de passer inaperçu, afin de se mêler aux non-musulmans en vue de l’infiltration, du djihad et de l’avancement de l’islam :

  • Se raser
  • Porter des vêtements à l’occidentale
  • Boire de l’alcool

Quelques exemples :

  • Les musulmans et pirates de l’air de 9/11 visitaient des clubs de danseuses ainsi que des bars alors qu’au même moment ils suivaient des cours de pilotage aux États-Unis pour commettre des actes terroristes.
  • Marier un non-musulman ou se comporter comme un non-musulman de manière à ce que son véritable agenda passe inaperçu…
    Plusieurs Américains croient que Huma Abedin, une assistante d’Hillary Clinton, a épousé Anthony Weiner, un membre du congrès et juif, afin d’accroître sa crédibilité en matière de sécurité et ainsi infiltrer les plus hauts niveaux de l’administration américaine.
    Tout récemment, d’autres membres du congrès, dont la républicaine Michele Bachman, ont laissé entendre qu’Huma Abedin pourrait être reliée au groupe islamiste des Frères Musulmans. De fait, le passé d’Huma Abedin ainsi que ses liens avec des associations islamistes en inquiètent plus d’un.

En conclusion

Les implications de ces tactiques de duperie sont énormes pour les sociétés occidentales.

Les musulmans qui pratiquent les diverses formes de tromperie (taqiya, tawriya, kitman ou muruna) sont difficiles à reconnaître, car ils ne montrent aucun signe indiquant qu’ils nous trompent. De fait, ils croient appliquer ce qu’Allah leur demande afin de contribuer à l’avancement de l’islam (et sa charia) en Occident.

Plus que jamais, la vigilance est de mise pour les Occidentaux …

Il en va de la survie de la civilisation occidentale et de ses valeurs fondamentales.

 

source : httpss://pointsdereperes.com/taqiya-art-de-la-duperie/

rating space
note
rating space
0.0 / 5   (0 note)
Mon 05-01-2017, 18:47:44

 

La règle d'abrogation rappelons-le a été imaginée pour éliminer les nombreuses contradictions du Coran :

 

 

 

Sourate 16:101 "Lorsque Nous substituons un verset à un autre – et qui mieux que Dieu connaît ce qu’Il révèle ? –, les idolâtres s’écrient : « Tu n’es qu’un faussaire ! », alors que la plupart d’entre eux n’ont aucune connaissance en la matière."

 

 

 

Sourate 2:106 "Tout verset que Nous abrogeons ou que Nous faisons oublier aux gens, Nous le remplaçons aussitôt par un autre verset meilleur ou équivalent. Ne sais-tu pas que Dieu a pouvoir sur toute chose ?"

 

 

 

Ainsi, les versets plus anciens peuvent être annulés par des versets plus récents. Pour une bonne compréhension de l'islam et du Coran, il est donc nécessaire de s'en référer au classement chronologique de la révélation selon les exégètes.

 

 

 

Voici ce classement chronologique tel que définit par la tradition islamique :

 

 

 

96, 68, 73, 74, 1, 111, 81, 87, 92, 89, 93, 94, 103, 100, 108, 102, 107, 109, 105, 113, 114, 22, 53, 80, 97, 91, 85, 95, 106, 101, 75, 104, 77, 50, 90, 86, 54, 38, 7, 72, 36, 25, 35, 19, 20, 56, 26, 27, 28, 17, 84, 30, 29, 83, 2, 8, 3, 33, 60, 4, 99, 57, 47, 13, 55, 76, 65, 98, 59, 24, 22, 63, 58, 49, 66, 64, 61, 62, 48, 5, 9, 110.

 

 

 

Maintenant, si on regarde la place de la sourate 109 dans ce classement, lui succède les sourates :

 

 

 

105, 113, 114, 22, 53, 80, 97, 91, 85, 95, 106, 101, 75, 104, 77, 50, 90, 86, 54, 38, 7, 72, 36, 25, 35, 19, 20, 56, 26, 27, 28, 17, 84, 30, 29, 83, 2, 8, 3, 33, 60, 4, 99, 57, 47, 13, 55, 76, 65, 98, 59, 24, 22, 63, 58, 49, 66, 64, 61, 62, 48, 5, 9, 110.

 

 

 

Ce qui signifie que potentiellement, tous les versets contenus dans ces sourates, qui nient aux non-musulmans le droit de pratiquer, d'adhérer à une religion autre que celle de l'islam, abrogent ce verset 109:6 :

 

 

 

"À vous votre religion, et à moi la mienne ! "

A savoir, les versets abrogeant ce verset sont les suivants :

 

Sourate 19.40. C’est Nous, en vérité, qui hériterons la terre et tout ce qui s’y trouve, et c’est à Nous qu’ils seront ramenés.

 

 

 

Sourate 3.19. Certes, la religion acceptée d’Allah, c’est l’Islam. Ceux auxquels le Livre (les Juifs et les Chrétiens) a été apporté ne se sont disputés, par agressivité entre eux, qu’après avoir reçu la science . Et quiconque ne croit pas aux signes d’Allah... alors Allah est prompt à demander compte !

 

 

 

Sourate 3.84-85 Dis: "Nous croyons en Allah, à ce qu´on a fait descendre sur nous, à ce qu´on a fait descendre sur Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les Tribus, et à ce qui a été apporté à Moïse, à Jésus et aux prophètes, de la part de leur Seigneur: nous ne faisons aucune différence entre eux; et c´est à Lui que nous sommes Soumis". Et quiconque désire une religion autre que l´Islam, ne sera point agrée, et il sera, dans l´au-delà, parmi les perdants.

 

 

 

Sourate 3.110 Vous êtes la meilleure communauté qu´on ait fait surgir pour les hommes vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre (la Bible) croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d´entre eux sont des pervers.

 

 

 

Sourate 61.9-11 C´est Lui (Allah) qui a envoyé Son messager (Mahomet) avec la guidée et la Religion de Vérité , pour la placer au-dessus de toute autre religion, en dépit de l´aversion des associateurs. (les associateurs sont les païens mais aussi les Chrétiens parce qu'ils associent Jésus à Dieu) Vous croyez en Allah et en Son messager (Mahomet) et vous combattez avec vos biens et vos personnes dans le chemin d´Allah, et cela vous est bien meilleur, si vous saviez!

 


Sourate 5.47-48 Que les gens de l´Évangile jugent d´après ce qu´Allah y a fait descendre.(c'est-à-dire le Coran) Ceux qui ne jugent pas d´après ce qu´Allah a fait descendre, ceux-là sont les pervers. Et sur toi (Muhammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre (la Bible) qui était là avant lui et pour prévaloir
sur lui (pour que le Coran prenne le dessus sur la Bible). Juge donc parmi eux d´après ce qu´Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t´est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre.

 

 

 

Sourate 9.33 C´est Lui (Allah) qui a envoyé Son messager avec la bonne direction et la religion de la vérité, afin qu´elle triomphe sur toute autre religion, quelque répulsion qu´en aient les associateurs.

rating space
note
rating space
3.7 / 5   (1 note)
Mon 05-01-2017, 18:45:22



La règle d'abrogation rappelons-le a été imaginée pour éliminer les nombreuses contradictions du Coran :

 

 

 

Sourate 16:101 "Lorsque Nous substituons un verset à un autre – et qui mieux que Dieu connaît ce qu’Il révèle ? –, les idolâtres s’écrient : « Tu n’es qu’un faussaire ! », alors que la plupart d’entre eux n’ont aucune connaissance en la matière."

 

 

 

Sourate 2:106 "Tout verset que Nous abrogeons ou que Nous faisons oublier aux gens, Nous le remplaçons aussitôt par un autre verset meilleur ou équivalent. Ne sais-tu pas que Dieu a pouvoir sur toute chose ?"

 

 

 

Ainsi, les versets plus anciens peuvent être annulés par des versets plus récents. Pour une bonne compréhension de l'islam et du Coran, il est donc nécessaire de s'en référer au classement chronologique de la révélation selon les exégètes.

 

 

 

Voici ce classement chronologique tel que définit par la tradition islamique :

 

 

 

96, 68, 73, 74, 1, 111, 81, 87, 92, 89, 93, 94, 103, 100, 108, 102, 107, 109, 105, 113, 114, 22, 53, 80, 97, 91, 85, 95, 106, 101, 75, 104, 77, 50, 90, 86, 54, 38, 7, 72, 36, 25, 35, 19, 20, 56, 26, 27, 28, 17, 84, 30, 29, 83, 2, 8, 3, 33, 60, 4, 99, 57, 47, 13, 55, 76, 65, 98, 59, 24, 22, 63, 58, 49, 66, 64, 61, 62, 48, 5, 9, 110.

 

 

 

Maintenant, si on regarde la place de la sourate 2 dans ce classement, lui succède les sourates :

 

 

 

8, 3, 33, 60, 4, 99, 57, 47, 13, 55, 76, 65, 98, 59, 24, 22, 63, 58, 49, 66, 64, 61, 62, 48, 5, 9, 110.

 

 

 

Ce qui signifie que potentiellement, tous les versets contenus dans ces sourates, qui impliquent une contrainte envers les musulmans eux-même par les mœurs qu'il leur impose, ou envers des non-musulmans, abrogent ce verset 2:256 :

 

 

 

"Point de contrainte en religion maintenant que la Vérité se distingue nettement de l’erreur. Désormais, celui qui renie les fausses divinités pour vouer sa foi au Seigneur aura saisi l’anse la plus solide, sans crainte de rupture."

 

 

 

Si on le remet dans son contexte, ce verset comme vous le voyez, concernait les polythéistes (fausses divinités) et ne s'applique pas à tout le monde. Il est une incitation pour les polythéistes de l'époque du prophète à la conversion.

 

 

 

C'est donc un usage erroné de l'employer en ces termes.

rating space
note
rating space
4.5 / 5   (1 note)
Wed 04-05-2017, 23:02:10

Le coran : un livre saint immuable ?



 

Dans la pensée islamique, le coran est estimé être un livre infalsifiable de main d'homme. L'ouvrage étant considéré par ses adeptes comme préservé de toute altération..

Cette croyance, érigée en dogme au sein de l'islam, se fonde sur le coran même :

Sourate 15:9
« 
C’est Nous, en vérité, qui avons révélé le Coran, et c’est Nous qui en assurons l’intégrité. »

Mais également selon les exégèses musulmans :

« Allah le Très Haut a dit : « Nous avons fait descendre le rappel » ; celui-ci désigne le Coran et « nous en assurons la préservation » c’est-à-dire nous protégeons le Coran de sorte qu’on ne pourra pas y ajouter de faux éléments qui n’en font pas partie et ne pourra enlever une partie de ses dispositions, de ses peines et de ses prescriptions.

 

Tafsir (8/14) Ibn Djarir at-Tabari

« Nous avons fait descendre le rappel ». Celui-ci désigne le Coran qui rappelle toutes les questions et tous les arguments clairs et qui permet à celui qui veut se souvenir de le faire. Et « nous en assurons la préservation » c’est-à-dire : pendant et après sa révélation. Dans le premier cas, nous le protégeons contre l’écoute de la part de tout démon damné. Dans le second cas, Allah l’a déposé dans le cœur de Son messager et l’a transmis aux cœurs des membres de la Umma (Communauté islamique). Allah a préservé ses mots du changement, de l’augmentation et de la diminution comme Il a préservé ses sens de toute altération. De sorte que, chaque fois on a tenté de modifier son sens, Allah met à la disposition (des croyants) quelqu’un qui rétablit la vérité évidente. Ceci  fait partie des plus importants signes d’Allah, de Ses bienfaits accordés à ses serviteurs croyants. La préservation du Coran implique la protection de ses partisans contre leurs ennemis de sorte qu’aucun ennemi ne parviendra à les écraser ».
As-Saadi dit dans son Tafsir (commentaire du Coran) (p. 696)

D'un point de vu empirique, ces arguments sont certes bien insuffisants, puisque le coran ne peut se justifier lui-même de son immuabilité sans s'écarter dans le même temps d'un processus scientifiquement objectif rigoureux, ou tout du moins « agnostique » pour tout ce qui touche au divin et à l'analyse des textes.


Aux origines du coran

 




Précisons avant tout que le coran original usité largement de nos jour, fut rédigé d'après une transmission orale, après la mort du prophète de l'islam, sur ordre de Othmân ibn Affân, le troisième calife des musulmans vers l'an 647 de notre ère.

 
Notons notamment, qu'à la mort du prophète Mohammed, plusieurs de ses compagnons d'arme décidèrent d'écrire chacun un coran, les uns et les autres étant bien incapable de s'entendre unanimement sur son contenu et sur les interprétations à y apporter.

S'ensuivit un combat acharné, meurtrier, fratricide qui donna lieu à de nombreuses luttes de pouvoirs intestines entre les fidèles, instituant le clivage chiisme/sunnisme bien connu encore de nos jours. Othmân ibn Affân fit brûler et détruire tous les corans rédigés par ses opposants, avant de finir assassiné un 17 juin 656 à Médine.

Ainsi demeura qu'une seule et unique version du coran jusqu'à aujourd'hui (quoi que des découvertes récentes pourrait bien venir remettre en question cette thèse).


Des problèmes liés à la traduction ?

Si mauvaise traduction il y a, c'est au niveau des traductions du coran de Othman, c'est à dire le(s) coran(s) sur lequel sont fondées toutes les traductions en arabe (que ce soit l'arabe classique ou l'arabe moderne), qui sont actuellement reconnues par la tradition islamique à travers le monde entier.

 

Toutes les versions connues du coran se basent sur une traduction falsifiée à la source. Car la langue utilisée pour rédiger le coran d'Othman est (était) mal connue des traducteurs ; et pour cause, elle est rédigée dans un mélange de langue vernaculaire arabe antéislamique, d'hébreu et d'araméen syriaque ; le tout formant un méli-mélo confus et désordonné (absence de voyelles et de ponctuation ; textes manquants et déstructurés...).

 

Ainsi, peut-on raisonnablement se demander comment les traducteurs de ce coran "original" ont pu retranscrire de manière "authentique" cet ouvrage, sans une connaissance limpide de cette langue locale arabique, sans une maîtrise pointue de l'hébreu, et sans au préalable avoir découvert la présence dans ces textes d'araméen syriaque qui représente approximativement 20% du contenu du coran.

 

Pour les traductions françaises du coran ; faire une analyse comparative des différentes traductions permet un recoupement qui donne une vision globale objective sur le sens du contenu des versets.

 

On peut en retenir deux points :

 

- soit le sens des versets demeure à peu de choses prés le même d'une traduction à l'autre, (malgré parfois quelques choix linguistiques mineures et sans conséquences).

 

- soit les versets perdent tout sens cohérent, et laissent place à une forme lyrique nébuleuse, dont on ne peut pour le coup plus retirer aucun enseignement ou doctrine religieuse applicable et concrète.



Que peut-on en déduire ?

 

D'une part, on doit considérer que toutes les traductions en arabe classique ou en arabe moderne sont erronés, falsifiés, en conséquence de quoi toutes les traductions dans d'autres langues usuelles le sont également ; les erreurs de traductions se situant en amont.

 

D'autre part, que les traductions en français sont le fruit d'un travail honnête de la part des exégètes, qui se sont appuyé sur une connaissance approfondie du monde islamique, et qui ont cherché à respecter le plus fidèlement possible un coran déjà falsifié par les traducteurs arabes.



Sources :
httpss://www.youtube.com/watch?v=7rAz7JGz-nw
httpss://www.youtube.com/watch?v=4UYzfQnRRHo

rating space
note
rating space
4 / 5   (1 note)
Tue 04-04-2017, 18:39:19

Il y a deux formes de djihad armé : Jihâd talabi (de conquête ; littéralement de demande) et Jihâd difâ’i (de défense).

 

Le Jihâd talabi consiste à livrer bataille à l’ennemi chez lui, et le Jihâd difâ’i consiste à combattre l’ennemi qui a déclenché les hostilités en combattant les Croyants.


Le djiahd talabi (offensif) selon le Coran :



Sourate 8:39

"Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sédition et que tout culte soit rendu uniquement à Dieu."

 

Sourate 9:5

"Tuez les mécréants partout où vous les trouverez, capturez les, assiégez les et guettez les dans toute embuscade. Mais s’ils se repentent, accomplissent la Salât, s’acquittent de la Zakât laissez les. Et Allah est Pardonneur et Compatissant"

 

Sourate 9:123

"Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des infidèles qui vivent dans votre voisinage ! Qu’ils trouvent en vous de rudes combattants !"

 

Sourate 9:29

"Combattez: ceux qui ne croient pas en Allah et au jour dernier; ceux qui ne déclarent pas illicite ce qu’Allah et son prophète (Mahomet) ont déclaré illicite; ceux qui, parmi les gens du Livre (Juifs et chrétiens), ne pratiquent pas la vraie religion (c.-à-d. l’islam). Combattez-les jusqu’à ce qu’ils payent directement le tribut (jizya) après s’être humiliés."

 

Ainsi, les musulmans laissaient trois possibilités aux Juifs et aux chrétiens:

1. accepter le message de l’islam

2. rester juifs ou chrétiens, mais payer un impôt spécial (la jizya), prélevé une fois par an

3. se préparer à être attaqués

 

Sourate 61:4

"Dieu aime ceux qui combattent pour Sa Cause en ordre serré, tel un édifice compact."

 

Sourate 9:41

"Courez au combat, légèrement ou lourdement équipés ! Mettez vos biens et vos personnes au service de Dieu ! Cela sera toujours dans votre propre intérêt, si vous pouviez le savoir !"



Selon les hadiths :

"Il m’a été ordonné de combattre (en arabe : ouqâtil de qatala combattre avec les armes) les gens jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, et que Muhammad est le Messager d’Allah, puis qu’ils accomplissent la Salât et qu’ils s’acquittent de la Zakât, s’ils font cela leur sang et leurs biens sont préservés sauf dans le droit de l’Islam et leur jugement appartient à Allah"

Rapporté par Bukhari et Muslim

 

"Lorsque le Messager d’Allah désignait un émir à la tête d’une armée ou d’une expédition, il lui recommandait avant tout, à lui ainsi qu’aux Musulmans qui étaient avec lui, la crainte d’Allah, puis il disait :

- Livres bataille au Nom d’Allah, combats ceux qui sont mécréants. Combattez et ne dérobez pas, ne trahissez pas, ne torturez pas et ne tuez pas d’enfants. Et si tu rencontres tes ennemis parmi les mécréants invite les à trois choses. Et acceptes d’eux celle à laquelle ils répondent et laisse les. Invite les à l’Islam, et s’ils répondent à ton appel, acceptes d’eux et ne les combats plus. S’ils refusent invites les à s’acquitter de la jiziya, s’ils répondent à cela, accepte d’eux et laisse les. Et s’ils refusent recherche l’Assistance d’Allah contre eux et combats les ! "

Hadith de Boreïda, rapporté par Muslim et Abou Daoud

 


Le djiahd difâ’i (défensif) selon le Coran :



Sourate 8:15

"Et vous qui croyez ! Quand une armée ennemie marche contre vous, ne lui tournez pas le dos !"

 

Sourate 2:190-191

"Combattez dans la Voie de Dieu ceux qui vous combattent, sans jamais outrepasser les limites permises, car Dieu n’aime pas ceux qui les transgressent.

Tuez-les partout où vous les trouvez et chassez-les d’où ils vous ont chassés, car la subversion est pire que le meurtre. Ne les combattez pas, cependant, auprès de la Mosquée sacrée, à moins qu’ils ne vous y attaquent les premiers. Dans ce cas, n’hésitez pas à les tuer. Ce sera la juste récompense des infidèles."

 

Sourate 2:193-194

"Combattez-les sans répit jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de subversion et que le culte soit rendu uniquement à Dieu. S’ils cessent le combat, ne poursuivez les hostilités que contre les injustes récalcitrants. S’ils respectent votre mois sacré, respectez le leur. Mais s’il y a violation de leur part, la loi du talion devra être appliquée. Quand quelqu’un vous agresse, usez de réciprocité en proportion du dommage causé. Craignez Dieu et sachez qu’Il est avec ceux qui Le craignent."

 

Sourate 4:74-76

"Que ceux qui veulent sacrifier la vie d’ici-bas à la vie future combattent au service du Seigneur ! À ceux qui combattent pour la Cause de Dieu, qu’ils se fassent tuer ou qu’ils soient vainqueurs, Nous accorderons une immense récompense.

Pourquoi ne combattriez-vous pas dans la Voie de Dieu pour défendre les opprimés, hommes, femmes et enfants dont les cris ne cessent de retentir : « Seigneur ! Délivre-nous de cette cité à la populace si cruelle ! Envoie-nous de Ta part un protecteur et désigne-nous un défenseur ! » ? Pendant que les croyants se battent pour la Cause du Seigneur, les négateurs combattent pour leurs idoles. Combattez donc les suppôts de Satan ; en vérité, les stratagèmes de Satan sont des plus fragiles."

 

Sourate 9:38-39

"Ô vous qui croyez ! Qu’avez-vous à rester cloués au sol, lorsqu’on vous dit : « Allez combattre pour la Cause de Dieu ? » Préférez-vous la vie présente à la vie future ? Mais les plaisirs de cette vie ne sont-ils pas bien peu de chose, comparés à la vie future ? Si vous refusez d’aller au combat, Dieu sévira durement contre vous et choisira un autre peuple pour Le servir, sans que vous puissiez Lui nuire en quoi que ce soit, car Sa puissance n’a point de limite."